Merci à toutes celles et ceux qui se sont mobilisés pour notre liste d’union de la gauche. Absents du second tour, nous poursuivons de plus belle le combat,

avec vous.

Des candidats
proches de vous et combatifs

Survolez les candidats pour en apprendre plus sur chacun d’eux.

Céline Ivaldi
49 ans, responsable associative

« Il faut faire changer les institutions et permettre aux plus précaires d’avoir une bouffée d’oxygène. Nous devons rassembler et construire d’autres lendemains. »

Mon enfance à La Seyne-sur-Mer a été marquée par les luttes et surtout celle des 81 de La Seyne, par l’implication de mon père. Elles constituent le socle de mon engagement militant et bénévole actuellement. Mon implication dans le tissu associatif de mon quartier correspond à cette volonté de faire avancer les idées communistes. Avec la crise sanitaire et sociale, il faut faire changer les institutions et permettre aux plus précaires d’avoir une bouffée d’oxygène, ce qui devient de plus en plus rare. Aujourd’hui, diviser pour mieux régner ne semble plus correspondre, il faut rassembler et construire d’autres lendemains.

Stéphane Sacco
57 ans, Ingénieur

« Le département devrait être un acteur majeur pour un Var solidaire et entreprenant. Il faut que chaque Seynoise et Seynois puisent s’y faire entendre : telle est notre ambition. »

Ma candidature aux départementales est une candidature de terrain et de proximité. Déjà proche des Seynoises et des Seynois de par mon activité associative et politique, je resterai à leur service une fois élu. Les problématiques et les besoins du canton sont divers car le territoire est très étendu. Il couvre les quartiers populaires du nord de la ville, le centre-ville ainsi qu’une partie du littoral. L’ensemble de la population a été touché par la crise sanitaire et sociale sans précédent que nous traversons et tout particulièrement les quartiers populaires et le centre-ville. Les conseillers départementaux seynois ont en effet oublié la mission sociale que leur confère la loi en faveur des plus humbles, des “anciens” et des handicapés. Le département de par ses compétences, devrait être un acteur majeur pour un Var solidaire, social. Ce sont ces valeurs progressistes et humanistes que nous voulons porter durant notre mandat.

Élodie Hernandez
44 ans, professeure des écoles

« Redonnons du sens à la politique et ne laissons pas le bien commun gouverné par des logiques néolibérales qui sacrifient le social et misent sur le profit financier. »

Mon enfance à la Seyne sur Mer a été marquée par les luttes des chantiers de la Navale. Elles constituent le socle de mon engagement militant. Celui-ci a toujours été un fil conducteur, que ce soit au sein de mon syndicat, de mon travail d’enseignante ou de différents collectifs et mouvements d’éducation populaire.
Ce chemin se poursuit aujourd’hui à la Seyne où je suis revenue vivre avec mes enfants et travailler. Je suis heureuse de trouver ma place dans le réseau local engagé et progressiste.
Dans l’actuelle période de crise et de déprime ambiante, il me semble urgent de redonner du sens à la politique, de se réapproprier ce qui nous appartient plutôt que de s’en éloigner en délaissant le bien commun.

Louis Corréa
41 ans, enseignant formateur

« Notre canton est dotée d’une dynamique associative exceptionnelle, il mérite un soutien accru à cet élan de solidarité créateur de lien. »

Notre candidature sera un portevoix, un relais, pour que puisse s’exprimer les Seynoises et les Seynois. Nous voulons faire entendre une voix humaniste au sein du Conseil départemental afin que nos concitoyens soient entendus et considérés et que le département assume ses responsabilités dans ses domaines de compétences comme la solidarité, RSA, EHPAD, le handicap, la voirie, les collèges et l’enjeu de la carte scolaire. Sur ces questions cruciales, nous devons être porteur de ces valeurs de gauche qui sont les nôtres.